Les dernières news

Page  1 sur 24  > >>

16 août 2017
Le nouveau roman du président de l'association ASSOC Caryl Sisto Obondoko Ellangui « La puissance de l’aumône » a été officiellement présenté au public au cours d’un point de presse organisé le 1er juillet au centre culturel  Jean-Baptiste-Tati-Loutard 

03 août 2017
Dans le cadre de son assistance aux personnes « marginalisées », l’Association de soutien aux orphelins du Congo (ASSOC) conduite par son président Caryl Sisto Obondoko Ellangui a visité le lundi 03 juillet à Brazzaville la Maison des seniors de Mfilou

25 novembre 2016
L'association de soutien aux orphelins du Congo ( Assoc) organisera un arbre de Noel en faveur de ces orphelinats partenaires dans les villes de Pointe-Noire, Brazzaville et Dolisie du 17 au 24 décembre 2016.

Votre adresse email pour recevoir la newsletter :

News

Interview Caryl Sisto Obondoko Ellangui sur Les Depeches de Brazzaville

Publié le: 04 janvier 2016
caryll_sisto_obondoko_ellangui_et_les_orphelins_0-881b72d1fb76e3e156d1879893f5453b.jpg
Le président fondateur de l’Association de soutien aux orphelins du Congo (Assoc) s’est ainsi exprimé à l’occasion d’un entretien qu’il a eu le 22 décembre avec les Dépêches de Brazzaville.

Les Dépêches de Brazzaville : Pourquoi Assoc attend seulement la veille des fêtes pour offrir des dons de jouets aux enfants orphelins ?

Caryl Sisto Obondoko Ellangui : L’association  assiste de temps en temps les orphelins dans les principales villes du Congo, notamment Brazzaville, Pointe-Noire et Dolisie. Elle n’attend  pas seulement la fin de l’année pour le faire. Hormis quelques actions de bienfaisance qu’elle mène quotidiennement, l’Assoc intervient  au cours des grands moments de l’année en faveur des orphelins, à savoir la rentrée des classes, la journée de l’enfant africain, la distribution de vêtements aux enfants et aussi pendant d’autres occasions nationales ou internationales consacrées aux enfants.

LDB : Pourquoi seulement le choix des principales villes ?

CSOE : Dans toute chose, il faut toujours commencer quelque part. À Pointe-Noire, l’association a débuté ses actions en 2011, ensuite elles se sont poursuivies à Brazzaville depuis le 4 mars 2012 à la suite des événements tragiques qui s’étaient passés dans cette ville. Et en 2015, l’association est présente à Dolisie. Dans les prochains jours, l’Assoc envisage élargir son action à travers d’autres orphelinats et centres d’accueil d’enfants reconnus par l’État dans  d’autres départements et villes du Congo,  notamment Boundji, Mouyondzi et autres.

LDB : L’association envisage-t-elle des actions de bienfaisance hors des frontières nationales ou aura-t-elle des antennes au niveau international ?

CSOE : Il est peut être très tôt de l’affirmer, mais il faut dire que petit à petit l’Assoc fera son chemin. Et l’idéal à moyen terme ce sera la création des centres d’accueil pour enfants dans des localités qui en manquent et dont le besoin se fera sentir.

LDB : L’Assoc a-t-elle les moyens de sa politique ou reçoit-elle des subventions des partenaires extérieurs ou locaux ?

CSOE : L’association ne travaille pas avec un gros donateur ou une grande entreprise, mais en tant qu’une association à obédience religieuse, Dieu est assez riche pour envoyer au moment opportun de l’aide nécessaire à cette structure. Le partenaire n’est  pas seulement quelqu’un qui apporte de l’argent à l’association mais aussi celui qui partage la même vision que les autres membres de l’association. Pour l’année 2015, Assoc à travailler avec une association sœur des Congolais vivant à Londres dénommée « Tenons-nous la main, enfants du Congo »,  qui a octroyé 500 kilos de vêtements et de jouets qui ont permis à l’association d’appuyer ses actions.

LDB : En votre qualité de président d’Assoc, quel est le message d’amour que voulez-vous faire passer ?

CSOE : La bible dit dans Jacques 1: 27 que « La religion pure et sans tâche devant Dieu consiste à assister les orphelins et les veuves dans leur affliction et à se protéger des souillures du monde ». Enfant de Dieu, nous devrions savoir qu’une foi sans œuvre est une foi morte comme le dit l’apôtre Paul. Dieu aide un homme à travers un autre homme. Ainsi l’action humanitaire ne peut-elle pas être dissociée de la foi chrétienne.